Warning: Parameter 1 to f_queue() expected to be a reference, value given in /home/agricult/public_html/view/01/ecrire/inc/utils.php on line 119
Ministère de l’Agriculture - Note d’information sur le Projet : Sécurité Alimentaire - SECAL
Unipaj Twitter Youtube Sit la an kreyòl
Logo du MARNDR Sib
Projet Territoires Productifs Résilients
Unité de Protection Sanitaire
Ouragan Matthew
Suivi des Investissements Publics
Promotion des Investissements
Appui institutionel
Filières de Production
Infrastructures rurales
Chantiers du MARNDR
Politique Agricole
secteur agricole
Accueil > Actualités > Communiqué > Note d’information sur le Projet : Sécurité Alimentaire - SECAL

Note d’information sur le Projet : Sécurité Alimentaire - SECAL

Contexte

Le gouvernement haïtien a récemment fait du secteur agricole le premier pilier de son plan de refondation économique du pays. Pour cela, il se propose d’agir conjointement sur la production – par un meilleur accès aux intrants – la conservation et la commercialisation de produits agricoles destinés aux consommateurs et aux institutions d’aide alimentaire poursuivant une politique d’achats publics de produits locaux, en particulier pour l’approvisionnement des cantines scolaires. A ce titre, l’Agence Française de Développement (AFD) a été invitée à soutenir des filières agricoles à fort potentiel dans le Sud et a développé un projet d’appui à la sécurité alimentaire (SECAL).

L’objectif est ainsi de contribuer (i) à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations dans le département du Sud, et (ii) à la génération de revenus additionnels en milieu rural. La maîtrise d’ouvrage de ce projet est assurée par le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) via la Direction Départementale Agricole du Sud (DDAS). La maîtrise d’œuvre est quant à elle assurée par différents opérateurs prestataires de services et de travaux recrutés par le MARNDR.

Cofinancé par l’AFD et l’UE, le SECAL vise à augmenter les gains nets de valeur ajoutée dans des filières agricoles qui ont suscité un potentiel de croissance durable. Lancé officiellement dans le département du Sud, en février 2013 et d’une durée de 4 ans, le projet s’articule autour de quatre composantes dont :

Le renforcement des filières agricoles ;
Le renforcement des capacités d’appui à la maîtrise d’ouvrage
L’accompagnement de la recherche pour le développement ;
La contribution à la politique d’achats locaux du PNCS ;
Bilan du projet SECAL pour sa première année de mise en œuvre

Le SECAL vient de boucler avec succès l’an un de ses activités avec la tenue de sa première réunion ordinaire du comité de pilotage, en février 2014. Alors que le projet se prépare à organiser la deuxième réunion ordinaire du comité de pilotage, programmée pour le dernier trimestre de cette année, des résultats à la fois significatifs et tangibles sont déjà obtenus pour certains volets pendant que le processus de recrutement d’opérateurs, est en cours pour appuyer le développement d’autres composantes.

Filières agricoles (maïs, haricot et œufs)

Le Sud étant un bassin de production de céréales et de légumineuses, le projet a ciblé le maïs et le haricot comme des filières végétales stratégiques à côté de la filière avicole pouvant garantir la sécurité alimentaire d’une population régionale en constante augmentation.

Confrontés à des difficultés d’accès au financement rural, aux facteurs de production et aux conseils d’appui sur les itinéraires techniques, environ 800 agriculteurs des communes de Camp-Perrin, Cayes et Torbeck – répartis sur trois périmètres irrigués Avezac, Dubreuil et Moreau-Tuffet - ont bénéficié de l’appui du projet pour intensifier sur 500 hectares additionnels la culture du maïs pour les campagnes de juin 2013 et de février 2014. Environ 12 millions gourdes sont déjà décaissés pour des dépenses d’incitations et 4000 personnes/jours d’emplois agricoles temporaires rémunérés créés au profit de quatre cents (400) planteurs, dont au moins 30% de femmes

En ce qui concerne l’accès à l’eau d’irrigation, environ 200 millions de gourdes sont mobilisées en février 2014 pour lancer les travaux de réhabilitation de l’ouvrage de prise, de 19,5 kilomètres de canal du réseau primaire et la construction de 10 autres sur le périmètre d’Avezac. Ce système gravitaire alimenté par les eaux dérivées de la Ravine du Sud, a un potentiel irrigable de 3000 hectares dont seulement 1000 hectares sont irrigués. Ces travaux de réhabilitation physique et sociale, menés avec succès et créant plus de 600 emplois temporaires sur le périmètre d’Avezac, offrent déjà des possibilités d’extension permettant d’emblaver jusqu’à 2000 hectares en haricot pour la campagne d’hiver.

Sous les effets conjugués de l’irrigation, de l’accompagnement technique fourni pour l’application d’un itinéraire technique sur le maïs et aux coupons distribués à 800 agriculteurs pour l’acquisition d’engrais, de semence et de services de labourage, le rendement moyen du maïs a doublé dans la plaine des Cayes, passant de 2 TM à 4 TM à l’hectare.

Quant à la filière avicole jusque-là fortement pénalisée par le manque d’accès à des intrants de qualité, alors que la demande régionale est forte, l’octroi du marché a été attribué à un opérateur pour accompagner l’association des aviculteurs du Sud (ASAVIS) et les autres aviculteurs indépendants du département dans leur plan de i) de gestion d’entreprise et de ii) renforcement technique et organisationnel.

Appui à la maîtrise d’ouvrage

Les premiers investissements d’appui à la maîtrise d’ouvrage sont marqués par i) la mobilisation d’une équipe contractuelle pour un démarrage rapide et efficace, ii) le recrutement d’un opérateur en charge d’établir la ligne de base et de l’évaluation d’impact du projet et celui d’un consultant pour la réalisation d’une étude sur les travaux d’extension du bâtiment logeant les bureaux de la DDAS pour mieux répondre aux contraintes d’espace.

Recherche agricole

Des expérimentations en conditions paysannes ont été conduites par un opérateur recruté localement sur cinq nouvelles variétés de maïs sélectionnées pour leur résistance à la sécheresse et leurs caractéristiques nutritionnelles intéressantes. Deux de ces variétés expriment un potentiel intéressant selon les résultats obtenus et communiqués par l’opérateur.

Pour renforcer et dynamiser la recherche agricole en milieu paysan, un partenariat est développé avec l’INRA Antilles qui travaillera conjointement avec l’opérateur local, la Ferme de Levy à Camp-Perrin et la FAMV. Les résultats des travaux de recherche seront restitués au maître d’ouvrage et aux organisations professionnelles agricoles du Sud. La vulgarisation de ces résultats, sera assurée par l’opérateur local contractuel et la Ferme de Levy.

Contribution à la politique d’achats locaux

En perspective d’appui à la commercialisation des productions, le projet s’engage à accompagner les organisations de producteurs et les unités de transformations pour leur intégration dans une dynamique de commercialisation de leurs productions. Ainsi de la semoule de maïs et des œufs seront achetés et distribués aux cantines scolaires du département du Sud.

Cette activité se fera à partir d’un partenariat établi entre le MARNDR et le MENFP à travers le PNCS qui pourra s’appuyer sur des opérateurs locaux expérimentés pour l’opérationnalité des achats et de la distribution aux écoles