Unipaj Twitter Youtube Sit la an kreyòl
Logo du MARNDR Sib
Unité de Protection Sanitaire
Ouragan Matthew
Suivi des Investissements Publics
Promotion des Investissements
Appui institutionel
Filières de Production
Infrastructures rurales
Chantiers du MARNDR
Politique Agricole
secteur agricole
Accueil > Actualités > Vers un accord entre le ministère de l’Agriculture et la Purdue (...)

Vers un accord entre le ministère de l’Agriculture et la Purdue University

Ils étaient plusieurs dizaines de cadres du ministère à participer à cette première rencontre avec les chercheurs. L’objectif est d’établir un partenariat dans l’optique de renforcer la recherche dans le secteur agricole. En vue de se faire une idée de la situation, en plus des explications des cadres de Damien, des visites guidées sont programmées. Selon ce qui a été prévu, la délégation devrait se rendre successivement à Ganthier, dans le Sud pays et dans la Vallée de l’Artibonite. Cette visite concerne plusieurs aspects de la recherche. Et si tout passe bien, les activités qui seront entreprises reflèteront les exigences des autorités gouvernementales.

Outre les interventions magistrales, les autorités de Damien ont présenté à la délégation ce que le pays dispose en termes de recherches agricoles. À ce niveau, le pays a beaucoup à faire pour répondre aux exigences de l’heure. Ce qui porte le ministre de l’agriculture, Carmel André Béliard à affirmer que l’institution qu’il dirige attend beaucoup de cette visite. Il dit espérer à la fin de cette visite, disposer des résolutions concrètes pour aider à la réalisation des objectifs poursuivis par les autorités gouvernementales en vue du développement de ce secteur qui constitue le plus grand pourvoyeur d’emplois dans le pays.

S’agissant de la recherche, le travail se révèle énorme pour les acteurs de ce secteur. Ces derniers comprennent que tout doit passer par la recherche. Or, réaliser des études en Haïti, notamment dans le secteur agricole, n’est pas chose facile. Les contraintes se trouvent à tous les niveaux surtout en qui a trait au financement. Établir des partenariats devrait y faciliter la tâche. Selon le directeur général du ministère, Branly Eugène, le fait de manifester le désir d’accompagner le pays dans le processus de la relance de la recherche scientifique mérite d’être félicité car le pays en a vraiment besoin.

Le ministre ne cesse de l’affirmer : dans la culture de la terre, les besoins sont énormes. La création d’un système de recherche et d’extension agricole d’excellence, croit-il, c’est ce qui permettrait de renforcer le secteur. La vision partagée par l’ensemble du gouvernement, poursuit-il, est simple. « La recherche et l’extension agricole sont les meilleurs outils dont les sociétés disposent pour construire le monde de demain, pour relever les défis auxquels est confrontée l’agriculture ».

Le ministère a déjà essayé d’emprunter cette voie. Les autorités parlent d’une politique de consolidation de la recherche du système d’innovation en agronomie et développement rural qui s’articulent autour de trois axes principaux à savoir : la consolidation de la coopération entre les acteurs, le renforcement de la résilience du système de recherche face aux multiples formes de crises et une articulation entre la recherche et l’enseignement supérieur.

Au final, les autorités veulent rendre attractif le secteur par la mise en place d’un ensemble de mesures ciblant tout l’environnement de la recherche. Afin de matérialiser cette vision, M. Béliard explique que le ministère souhaite y associer tous les partenaires notamment les universités haïtiennes et étrangères pour relancer une recherche opérationnelle, appliquée et pensée par des chercheurs haïtiens pour répondre aux problèmes réels vécus par les Haïtiens. Si l’on se fie aux premières interventions du chef de la délégation de la Purdue University, Mark Rusell, cette visite se situe dans une démarche pareille.