Unipaj Twitter Youtube Sit la an kreyòl
Logo du MARNDR Sib
Projet Territoires Productifs Résilients
Unité de Protection Sanitaire
Ouragan Matthew
Suivi des Investissements Publics
Promotion des Investissements
Appui institutionel
Filières de Production
Infrastructures rurales
Chantiers du MARNDR
Politique Agricole
secteur agricole
Accueil > Fr > Filières de Production > Elevage et Santé Animale > Le volet apiculture en Haiti

Le volet apiculture en Haiti

Grand potentiel de production

Cuba, la République Dominicaine, la Jamaïque et Haïti sont les quatre plus grands producteurs de miel dans la région Caraïbe. Le marché touristique des Caraïbes est en pleine expansion et Haïti est un membre du marché commun de la Caricom, ce qui lui offre un débouché important et intéressant pour ses produits apicoles transformés, dont le miel. La consommation nationale de miel est aussi en hausse depuis près de 15 ans. Cela est dû d’une part à l’augmentation de la population urbaine et d’autre part au changement des habitudes alimentaires des classes moyennes et aisées. De plus, dans une démarche de quête d’identité culturelle, la consommation de produits locaux augmente. Il existe aussi un intérêt et une grande somme de connaissances pour la formation apicole au niveau de deux facultés du pays.

La plantation d’arbres fruitiers promue par différents programmes de reboisement et de réhabilitation de l’environnement, est favorable au développement de l’apiculture. L’apiculture peut non seulement permettre d’avoir un revenu équivalent ou supérieur à ceux obtenu dans les cultures vivrières ; mais encore, elle garantit une meilleure protection de l’environnement du fait qu’elle nécessite un couvert végétal approprié. Le volet apiculture impliquera des activités de structuration des associations de producteurs et de formation. Il impliquera aussi un soutien financier aux producteurs entrepreneurs pour l’achat de ruches, matériel et produits contre la varroase et la fausse-teigne, et autres maladies. La réhabilitation de la station Apicole de la ferme de Damien sera nécessaire afin de permettre notamment les activités de formation au profit des producteurs et des étudiants de la Faculté d’Agronomie et de Médecine Vétérinaire et d’approvisionner les producteurs en colonies d’abeilles.

Objectif : 500 producteurs actifs en trois ans.

Les contraintes de la filière apicole en Haïti

Les conditions actuelles de production, de récolte et de transport affectent tant la qualité que la quantité de produits bruts apicoles plus particulièrement le miel et le cire d’abeille. L’absence de structuration de la filière au niveau national est une contrainte à l’expansion de la production et rend plus difficile la sensibilisation continue aux opportunités offertes par ce secteur et la formation. L’absence de crédit agricole et de crédit à l’investissement est un frein tant pour le développement des exploitations agricoles que pour les entreprises de transformation des produits bruts du sous-secteur. L’absence de centres de recherche-formation-développement représente une contrainte importante qui limite une modernisation adéquate dans ce domaine.

Protection de l’environnement

La plantation d’arbres fruitiers promue par différents programmes de reboisement et de réhabilitation de l’environnement, est favorable au développement de l’apiculture. L’apiculture peut non seulement permettre d’avoir un revenu équivalent ou supérieur à ceux obtenu dans les cultures vivrières ; mais encore, elle garantit une meilleure protection de l’environnement du fait qu’elle nécessite un couvert végétal approprié. De plus le développement de la production implique l’augmentation du nombre d’abeilles sur le territoire. L’action pollinisatrice des abeilles aura un impact bénéfique sur le développement de la végétation naturelle et de la production agricole.
Améliorer la productivité et plus de valeur ajoutée

Le développement de la filière apicole doit permettre l’organisation de ce sous secteur à l’échelle nationale pour inciter la création de richesse et améliorer les conditions de vie des différents acteurs (apiculteurs et entreprises) impliqués dans la transformation des produits bruts et des produits dérivés.

Les opérations diligentées par les apiculteurs doivent être évaluées pour favoriser le logement des essaims d’abeilles, le développement de la colonie ou limiter les évènements pénalisants pour cette dernière tout en permettant de récolter un maximum de miel. Pour cela, il faut arriver à une meilleure gestion de l’environnement de la colonie, que cet environnement soit immédiat (la ruche et le rucher) ou plus éloigné (l’espace de butinage). En ce sens, les actions programmatiques visées sont :

Plan d’investissement

Le volet apiculture impliquera des activités de formation et un soutien financier aux producteurs entrepreneurs pour l’achat de ruches, matériel et intrants ainsi qu’un volet conditionnement et commercialisation. Résultat attendu : 500 producteurs actifs en trois ans.

titre documents joints