Unipaj Twitter Youtube Sit la an kreyòl
Logo du MARNDR Sib
Projet Territoires Productifs Résilients
Unité de Protection Sanitaire
Ouragan Matthew
Suivi des Investissements Publics
Promotion des Investissements
Appui institutionel
Filières de Production
Infrastructures rurales
Chantiers du MARNDR
Politique Agricole
secteur agricole
Accueil > Actualités > Presse > Jobert C. Angrand : « Il est possible d’éradiquer la faim en Haïti d’ici 2030 (...)

Jobert C. Angrand : « Il est possible d’éradiquer la faim en Haïti d’ici 2030 »

De concert avec l’Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), la représentation de l’Union européenne (UE) et le Front parlementaire contre la faim, Haïti a célébré, le mardi 16 octobre 2018, la journée mondiale de l’alimentation, lors d’une cérémonie, tenue à Damien dans les locaux du ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR).
Au cours de cette cérémonie suivie d’une exposition des produits agricoles du terroir, le ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), l’ingénieur-agronome, Jobert C. Angrand a mis beaucoup l’accent, dans son discours, sur le thème retenu cette année : « Agir pour l’avenir. La faim zéro en 20130, c’est possible. » Dans la langue vernaculaire : « Ann travay pou demen… Li posib pou kwape grangou nan peyi Ayiti avan lane 2030 ». Malgré un tableau sombre dressé par le ministre : « 3 millions de personnes, soit 30% de la population haïtienne, se trouvent en situation d’insécurité alimentaire. Une augmentation annuelle de la croissance démographique de 1,5%, signifiant plus de 11 millions de bouches à nourrir à l’horizon 2020 et traduisant plus de pressions sur les ressources agricoles. Une offre agricole qui couvre seulement 45% des besoins alimentaires », il est convaincu qu’il est possible d’éradiquer la faim en Haïti d’ici 2030.
Pour atteindre l’objectif faim zéro, le ministre de l’Agriculture a fait savoir qu’il faut : - améliorer durablement les revenus et les conditions de vie de la population urbaine et rurale dans une double perspective de développement équilibré du territoire et du ralentissement de l’insécurité alimentaire- accroître la contribution de l’agriculture, de la pèche et de l’élevage à la formation du Produit Intérieur Brut (PIB)- augmenter la couverture des besoins alimentaires. Dans la même veine, le titulaire du MARNDR a fait comprendre, pour combattre l’insécurité alimentaire dans le pays, il y a nécessité d’augmenter la production nationale et d’améliorer la qualité et l’accès aux aliments disponibles.
« La vision du gouvernement, en matière de renforcement de la production agricole, passe par la promotion de filières stratégiques (maïs, riz, sorgho, haricot, poulets, œufs, lait, légumes, racines et tubercules) afin d’alimenter le marché national et renforcer la sécurité alimentaire », a indiqué le ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), Jobert C. Angrand, précisant que la promotion et la valorisation des produits agricoles locaux dans la lutte contre la faim sera une priorité pour permettre la réduction des importations et la création de plus d’emplois. Il a souligné que le gouvernement vise aussi à augmenter les investissements dans les infrastructures productives dont les infrastructures agricoles. Le patron du MARNDR a lancé un appel de solidarité à tous les acteurs œuvrant dans le secteur du développement pour qu’ils mettent à profit leurs expertises et leurs ressources afin d’optimiser l’efficacité et la productivité des projets de développement dans le pays.
D’un autre côté pour cette journée mondiale de l’alimentation, la FAO et ses partenaires appellent à un effort collectif en vue de créer des opportunités qui permettront à tous de mener une vie saine et productive. Le renforcement des programmes de protection sociale pour les pays, en passant par l’utilisation de semences plus résistantes face à la sécheresse pour les agriculteurs, au soutien apporté par le grand public aux producteurs alimentaires locaux et à l’adoption de meilleures habitudes alimentaires sont des actions concrètes proposées par la FAO et ses partenaires aux gouvernements, aux agriculteurs et au public.
Dans la brochure dédiée à cette journée mondiale de l’alimentation (JMA), la FAO a avancé des chiffres et faits peu réjouissants. « Actuellement, 821 millions de personnes - soit une personne sur neuf- souffrent de faim chronique dans le monde. Au même moment, 1,9 milliard de personnes sont en surpoids dont 672 millions d’adultes obèses. Les conflits, les événements climatiques extrêmes liés au changement climatique, les récessions économiques et la hausse des cas de surpoids et d’obésité compromettent les efforts accomplis jusque-là en vue de lutter contre la faim et la malnutrition », a déploré l’organisation onusienne, affirmant qu’il est maintenant temps de se remettre sur la bonne voie. Zéro faim à l’horizon 2030 constitue l’un des engagements pris par de nombreux pays dont Haïti dans le cadre des ODD (objectif de développement durable).