Warning: Parameter 1 to f_queue() expected to be a reference, value given in /home/customer/www/agriculture.gouv.ht/public_html/view/01/ecrire/inc/utils.php on line 119
Ministère de l’Agriculture - Echange d’idées autour du projet de renforcement de la production du riz
Unipaj Twitter Youtube Sit la an kreyòl
Logo du MARNDR Sib
AgriExt
Unité de Protection Sanitaire
Projet Territoires Productifs Résilients
Ouragan Matthew
Suivi des Investissements Publics
Promotion des Investissements
Appui institutionel
Filières de Production
Infrastructures rurales
Chantiers du MARNDR
Politique Agricole
secteur agricole
Accueil > Actualités > Presse > Echange d’idées autour du projet de renforcement de la production du (...)

Echange d’idées autour du projet de renforcement de la production du riz

Une journée d’échange autour du projet de Renforcement de la production du riz dans la Vallée de l’Artibonite a été organisée, ce mercredi 3 octobre 2018, à la salle de conférence du ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR) entre les responsables dudit ministère, du Conseil national des Coopératives (CNC), des 12 Coopératives de production de riz dans le département de l’Artibonite, de la Cellule de pilotage de la Caravane du Changement et de l’Organisme de Développement de la Vallée de l’Artibonite (ODVA).Ensemble,ces organismes ont procédé à l’évaluation des progrès réalisés dans le cadre de l’implémentation dudit projet et envisagé de nouvelles perspectives.

« L’objectif principal du projet de Renforcement de la production du riz dans la Vallée de l’Artibonite consiste à contribuer à accroitre la productivité afin d’augmenter le revenu des paysans de cette région. En ce sens, un accroissement du rendement à l’hectare de 2,8 tonnes à 4,5 tonnes est prévu », a affirmé l’agronome Guillaume Fritz Gérald, directeur du projet, soulignant qu’une modification a été apportée dans le projet avec l’application de la stratégie Caravane du Changement, une initiative du chef de l’Etat Jovenel Moïse. Le coût total de ce projet s’élève à 685 270 000 gourdes et la prévision budgétaire pour la troisième année du projet ne dépasse pas 200 millions de gourdes. C’est un projet qui s’étend sur une période de trois ans. La création de 170 000 emplois temporaires et de 240 emplois permanents est prévue.
En termes de bilan sur le plan d’infrastructure, le directeur du projet a souligné, le curage de 370000 ml de canaux primaires, la réhabilitation de 53000 ml de drains primaires, 183 000 ml de pistes agricoles primaires et 25 000 ml de pistes agricoles secondaire, la construction de15 vannes, etc. Sur le plan agricole, 12 coopératives agricoles directement liées à douze blocs de production ont été mises en place. Le projet a contribué à la mise en valeur des blocs de production. Des distributions de semences et d’engrais ont été également réalisées
Participant à cette rencontre, le ministre Jobert C. Angrand a annoncé des travaux de bétonnage de tous les canaux d’irrigation afin d’éviter d’avoir à les curer fréquemment et pour en finir avec la laîche. Le titulaire du MARNDR a promis que l’ODVA va jouer un rôle important dans la mise en œuvre du projet de Renforcement de la production du riz dans la Vallée de l’Artibonite. « Il va y avoir des changements au sein de l’ODVA si les responsables ne rempliront pas leur devoir. Cette année est cruciale pour l’Artibonite sur le plan agricole. Il est impératif d’accroître la production agricole pour pouvoir nourrir la population », a soutenu M. Angrand, titulaire du MARNDR, soulignant qu’il va résoudre le problème existant au niveau de la Direction départementale agricole de l’Artibonite (DDAA). Le ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural, Jobert C. Angranddemande également que la dératisation des rizières se fasse à temps puisqu’il ne manque pas de l’argent pour cette activité.
Pour sa part, le Coordonnateur de la Cellule de pilotage de la Caravane du Changement, l’agronome Jacques Thomas a révélé quelques faiblesses identifiées dans la mise en œuvre du projet de Renforcement de la production du riz dans la Vallée de l’Artibonite. « Il y a une très faible implication des directions techniques du MARNDR dans la mise en œuvre du projet et très peules visites de supervision des activités par l’administration centrale. Certains cadres de l’ODVA accusent un manque d’intérêt manifeste dans le projet à cause de leur positionnement politique. En fait, l’ODVA ne s’approprie pas du projet sous prétexte que la gestion financière est assurée. Ensuite, le circuit de requête est trop long ainsi que le délai dedécaissement des fonds », a souligné, entre autres, l’ancien titulaire du MARNDR de 2012 à 2015. Ces faiblesses entrainent, entre autres, un retard dans la mise en œuvre du projet et la démotivation des cadres techniques et intermédiaires qui ne perçoivent pas leur salaire à temps.
Fort de ces constats, le coordonnateur de la Cellule de pilotage de la Caravane du Changement, l’agronome Jacques Thomas recommande de transférer la gestion financière du projet à l’ODVA. Il estime que le MARNDR aura, désormais, pour tâche de superviser et de renforcer l’encadrement technique du projet.
Le CNC a présenté l’état des résultats des différentes coopératives pour l’exercice clos le 30 septembre 2018. L’audit financier montre que certaines coopératives sont mieux organisées que les autres. Le directeur général du CNC, Serge Chéry a fait savoir qu’il faut mettre à la disposition des coopératives quatre gérants. Il a souligné que la formation est indispensable pour conduire les coopératives sur la voie du succès. « A partir de l’audit, nous avons découvert les forces et les faiblesses de chaque coopérative. Il y a aussi beaucoup de contraintes et de négligences », a affirmé M. Chéry, conseillant les dirigeants de respecter les principes des coopératives et d’empêcher toute ingérence des hommes politiques.
Les coopératives offrent des services de labourage des champs, distribuent des semences et des fertilisants. « On compte au total 84 membres dans les conseils d’administration des 12 coopératives. Il y a 2 835 sociétaires, tous des planteurs, qui ont versé la part sociale. Les coopératives desservent environ 20 000 planteurs et les 12 blocs de production représentent une superficie de 6 662 hectares », a indiqué le président de la coopérative du bloc 3 qui parlait au nom de tous les autres dirigeants.