Warning: Parameter 1 to f_queue() expected to be a reference, value given in /home/agricult/public_html/view/01/ecrire/inc/utils.php on line 119
Ministère de l’Agriculture - Bilan positif de la première phase du projet TPR
Unipaj Twitter Youtube Sit la an kreyòl
Logo du MARNDR Sib
Unité de Protection Sanitaire
Projet Territoires Productifs Résilients
Ouragan Matthew
Suivi des Investissements Publics
Promotion des Investissements
Appui institutionel
Filières de Production
Infrastructures rurales
Chantiers du MARNDR
Politique Agricole
secteur agricole
Accueil > Actualités > Communiqué > Bilan positif de la première phase du projet TPR

Bilan positif de la première phase du projet TPR

Lancé par le ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), de concert avec le ministère de l’Environnement, au moment où débutait la Covid-19 en Haïti pour réduire les risques d’une aggravation de l’insécurité alimentaire liés à cette pandémie , le projet Territoires productifs résilients (TPR) a réussi la première phase des opérations d’urgences à Paillant, Anse-à-Veau et Petite Rivière des Nippes en assurant la disponibilité alimentaire dans les localités touchées. Plusieurs jardins visités et les témoignages de quelques bénéficiaires recueillis traduisent l’importance de ce projet qui a touché environ 3 700 agriculteurs.

« A Paillant 80 milles boutures d’ignames, 10 000 sacs de composts et 20 tonnes de pois ont été distribués. A Petite Rivière des Nippes et Anse-à-Veau, il y a 400 mille drageons de bananes distribués dans le cadre de ce projet et une quantité importante de semences de maïs, de pois de souche et de pois inconnu distribuée », a indiqué l’agronome Bernard Edmond, coordonnateur local du TPR. Il y avait aussi des boutures de patate, de manioc et des plantules d’arbres fruitiers (avocatier, manguier et cocotier) et forestiers (acacia, moringa, cèdre) distribuées dans le cadre de la première phase du TPR, réalisée au cours de la campagne agricole du printemps afin de stopper la dégradation des bassins versants.

A Baconnois, section communale de la commune Anse-à-Veau, la diversité des cultures pratiquée dans les parcelles donne aux bénéficiaires l’avantage d’avoir plusieurs saisons de récoltes. Dans les localités Béguin, Nan Chouchou, Garraud et Cahuc, il y a des parcelles cultivées en pois de souche, banane, igname, patate, etc. Aline François, 73 ans, cultivant une parcelle à Garraud, a exprimé sa satisfaction d’avoir reçu des drageons de banane et des semences de haricot. « Je n’avais pas suffisamment de moyens pour acheter le haricot au marché. Grâce au TPR, j’ai cultivé ce produit dans mon jardin », se réjouit cette sexagénaire.

Un des membres du réseau de distributeurs des semences et des plants aux agriculteurs, Serge Franck a fait savoir que le TPR répond au besoin de la population à Anse-à-Veau. « Depuis après le passage de l’ouragan Matthew, les agriculteurs connaissaient de sérieuses difficultés. Avec ce projet TPR, les agriculteurs bénéficiaires peuvent maintenant aller prendre quelque chose à manger directement dans leurs jardins », a déclaré Serge Franck, soulignant l’importance de ce projet dans le cadre de la lutte contre l’insécurité alimentaire.

A paillant, certains producteurs d’igname, vivant dans la localité Salagnac, commencent à savourer déjà le fruit de leur travail. La récolte s’annonce intéressant pour eux. Toutefois, ils ont exprimé une certaine préférence pour d’autres variétés d’igname. « Nous avons reçu des boutures d’igname et des carottes. C’est grâce à la culture d’igname que nous prenons soin de notre famille. Sans cette culture, nos enfants n’auraient certainement pas accès à l’éducation », a expliqué Dupont Dieubon, un producteur d’igname dans la localité Salagnac, remerciant le ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural pour le projet TPR qui est financé par la Banque mondiale.

En termes de perspectives, le projet TPR vise à accompagner plus de 7 000 agriculteurs au cours de la prochaine campagne agricole. Le TPR s’articule autour de deux étapes cruciales : la premières consiste en une phase d’urgence qui s’étend sur un an et la seconde en une phase régulière qui se tiendra sur une période de quatre ans.